28 décembre 2006

La femme avec qui j'ai partagé 20 ans de ma vie est en train de s'éteindre doucement des suites d'une "longue maladie" comme on dit pudiquement quand on a peur de prononçer le mot "cancer".

Le plus insupportable n'est pas mon propre chagrin, mais le désespoir que je vois dans les yeux de mes enfants lorsqu'ils enlacent leur maman sur son lit d'hôpital.

Ce soir, en rentrant de Purpan, je me suis arrêté devant la petite église de la rue des Arènes Romaines et j'ai frappé à la porte. Le prêtre, un peu surpris, m'a néammoins permis d'entrer sans poser de questions. Là, moi qui suis un mécréant, j'ai prié comme je n'ai jamais prié et j'ai pleuré comme je n'ai jamais pleuré.

J'ai peur. J'espère que j'aurai la force d'emmener mes trois enfants vers l'âge adulte.

Posté par White Spirit à 23:43 - Commentaires [22] - Permalien [#]


Commentaires sur La femme avec qui j'ai partagé 20 ans de ma vie

    La vie qui va...

    Touché.
    Alain d'A

    Posté par Alain d'A, 14 janvier 2008 à 04:35 | | Répondre
  • la pudeur

    Je ressens beaucoup d'émotion à te lire.
    Mes mots seront pauvres, et moi, désarmée, mais je t'exprime ici mon soutien.
    Je t'offre mon amitié.

    Posté par honey, 29 décembre 2006 à 00:04 | | Répondre
  • Mais

    Le plus grand courage qu'un être humain peut avoir, c'est bien d'avouer sa peur face... à la vie !
    Et à priori tu as ce courage.
    Dès lors, la force est dans tes enfants et donc avec toi.
    Toute ma sympathie ceci étant
    A+

    Posté par Guillaume Lothar, 29 décembre 2006 à 00:24 | | Répondre
  • L'instinct nous guide souvent et il faut savoir se laisser aller à être vulnérable pour se remettre et reprendre la route. Même seul. Pour eux et pour toi-même, je ne doute pas que tu y parviendras.
    Très amicalement.

    Posté par Roxane, 29 décembre 2006 à 09:14 | | Répondre
  • Je suis certaine que tu trouveras cette force.

    Posté par Tétaclacs, 29 décembre 2006 à 10:57 | | Répondre
  • Oui

    Comme je te comprends...

    Posté par Enn', 29 décembre 2006 à 11:15 | | Répondre
  • Oui tu auras la force, et tu seras récompensé.
    Bises

    Posté par lewis, 29 décembre 2006 à 18:35 | | Répondre
  • coeurs

    de tout coeur avec toi, WS
    C'est vrai, le temps ne passe pas toujours avec douceur sur nous et nos relations aux autres, mais les choses partagées nous rendent vulnérables au destin des autres.
    Je pense tout de même que la façon dont tu as accompagné leur mère à travers ces épreuves doit continuer à affermir votre image dans l'esprit de tes enfants.
    Pense aussi que tu n'es pas seul pour les assumer, ils ont leur rythme, leur vie, leurs souvenirs... et même leurs familleS encore

    Posté par giovinetta, 29 décembre 2006 à 19:02 | | Répondre
  • Pour tes enfants tu trouveras la force.

    Posté par Largentula, 29 décembre 2006 à 23:00 | | Répondre
  • Je viens ici grâce au Loup (Guillaume Lothar). Tes mots sont tellement forts... Les blogueurs sont avec toi et avec les tiens. Très amicalement. Pierre

    Posté par pierre, 29 décembre 2006 à 23:18 | | Répondre
  • Je ne vous connais pas... Arrivée ici via le blog du "bon Loup Lothar"... Je me permets de vous dire toute ma sympathie et qu'à ce moment toutes mes pensées vont vers vous.

    Endeuillée (de nouveau...) par cette meme maladie, depuis quelques semaines, je partage votre tristesse.

    Amitiés,
    Tiphaine

    Posté par Tippie, 29 décembre 2006 à 23:54 | | Répondre
  • mots dérisoires

    Beaucoup de courage à toi et à tes enfants.
    Sincèrement.

    Posté par bregman, 30 décembre 2006 à 03:10 | | Répondre
  • Les mots , quels mots pourraient adoucir ce chagrin ... ?
    silence et courage

    mon respect
    ennorab

    Posté par ennorab, 30 décembre 2006 à 10:46 | | Répondre
  • Certaines douleurs font de nous de grands hommes, vos enfants vous aiderons à les guider.
    Je ne sais plus prier mais je crois en la puissance du receuillement...Si vous saviez combien je vous comprends.

    Posté par laparhasard, 30 décembre 2006 à 15:55 | | Répondre
  • au delà des mots

    Je comprends bien ta détresse et ta peur. Et ce que je peux imaginer n'est rien à côté de ce que tu ressens réellement, dans l'horreur de la réalité.

    Mais je pense aussi que ta femme a mis en toi et en vos enfants tout son amour, sa douceur et sa confiance pour que vous ayez la force de vous soutenir les uns les autres.

    Posté par véronique, 30 décembre 2006 à 17:20 | | Répondre
  • Avec vous

    Venu grâce au Loup, je suis profondément touché par ce vous venez d'écrire. Une maman qui s'en va...ça parle à chacun de nous.
    Force et courage pour vous et vos enfants.

    Bien à vous.

    Posté par Monsieur Julien, 31 décembre 2006 à 02:58 | | Répondre
  • Comme les autres habitués du loup, je suis venu vous lire et partager votre chagrin. La vie est un chemin sinueux et la maladie est carrément injuste pour tout ceux qui touchent au bonheur. J'ai également trois enfants et j'aimerais mieux donner ma vie pour qu'il ne perdent pas leur mère mais ce le chemin est imprévisible. Votre passion deviendra votre force... j'en suis convaincu.
    Bize

    Posté par Daniel, 31 décembre 2006 à 05:46 | | Répondre
  • le loup nous a demandé de passer vous voir. Nous ne pouvons pas raccourcir votre chemin, juste faire que vous n'y soyez pas seul. Oui, la mort d'un proche très aimé vous fait basculer dans une autre vie. Autre, mais vie à vivre.Oui, vous aurez à répondre à des questions élémentaires, comme l'assaut des vagues, de vos enfants, dire que oui, elle les aimait, que oui, elle aimait vivre, que non, personne n'y pouvait rien, que oui, eux et vous avez droit à la colère et au chagrin.
    Que oui, chacun de nous, ici, vous dit que vous avez le droit de tambouriner à la porte quand c'est trop dur.

    Posté par anita, 31 décembre 2006 à 06:17 | | Répondre
  • La compassion, au sens propre, ça fait souffrir, mais aussi se sentir plus humain (merci au loup de nous faire partager ton insupportable douleur).

    Posté par Flivo, 31 décembre 2006 à 14:08 | | Répondre
  • Via le blog du loup, de tout cœur avec toi également, même si ça paraît probablement assez dérisoire.
    Si on pouvait découvrir une nouvelle donnée du net comme par exemple la puissance télépathique de plusieurs volontés de blogueurs qui se renforcent de leur association, et bien ça serait rudement épatant…
    Je veux y croire en cette minute (et j’emmerde la science !).

    Posté par Max, 31 décembre 2006 à 16:41 | | Répondre
  • Moi non plus je ne vous connais pas, les tours et détours de blogs font des hasards bien singuliers... Votre douleur si perceptible, votre chagrin à fleur de peau, m'ont fait reprendre un de mes livres de chevet, mes propres mots me paraissant bien fades et convenus :
    "Tu fus mon plus beau lien avec la vie. Tu es devenu ma connaissance de la mort. Quand elle viendra, je n'aurai pas l'impression de te rejoindre, mais celle de suivre une route familière, déjà connue de toi" (Anne Philipe, "Le temps d'un soupir").
    Courage.

    Posté par Melle Beulemans, 31 décembre 2006 à 16:46 | | Répondre
  • Merci

    Merci à vous Tous pour ces mots de réconfort.
    Merci en particulier au Loup qui a fédéré cet élan d'amitié.
    Que la nouvelle année vous apporte beaucoup de joies.

    Posté par White Spirit, 05 janvier 2007 à 00:24 | | Répondre
Nouveau commentaire